Bielorussie : de la frontière polonaise à Minsk

Depuis hier après-midi nous avons retrouvé, les 8 camping cars participant au voyage, sur le parking d'un hôtel proche de Térespol, ville frontière polonaise avec la Bielorussie.

Hier soir, Alexandra, organisatrice du voyage nous a donné les consignes pour les différentes étapes du passage de frontière. Contrôles en Pologne et pas moins de 3 contrôles en Bielorussie.

 

Nous avons vérifié et rangé les documents dans l'ordre indiqué et après s'être souhaités bonne nuit nous avons regagné nos camping cars non sans une certaine appréhension...

 

Le passage de la frontière

Frontière polonaise

Le départ est fixé à 6 heures, heure française. Mais dès 4 heures 30 du matin, il fait jour et nous sommes réveillés.

5h 45, nous sommes tous prêts pour le départ. Grand beau temps ! 17 degrés !

Nous roulons en convoi, alternant les véhicules avec ou sans C.B.

Une dizaine de minutes et nous voici "à pied d'oeuvre".

Premier arrêt à la frontière polonaise, contrôle des passeports et de la carte grise. 

Un premier douanier monte dans le camping car, vérifie qu'il n'y a personne dans les toilettes  puis fait ouvrir la grande soute.

C'est rapide, mais il va nous falloir attendre un quart d'heure avant d'avancer pour le deuxième contrôle où l'on ne contrôle rien !

Frontière bielorusse

Nous franchissons une rivière, le Boug, sur un pont assez étroit et arrivons au premier poste de contrôle. 

Nous attendons, avançons au pas et arrivons devant un douanier qui après avoir examiné nos papiers nous donne un "bon d'entrée" puis... monte dans le camping car, vérifie qu'il n'y a personne dans les toilettes  puis fait ouvrir la grande soute.

Nous avançons au pas et nous arrêtons dès que l'ordre nous en est donné. Pas intérêt à franchir la ligne ! Au deuxième contrôle nous nous garons et attendons qu'Alexandra ait terminé de remplir nos 16 fiches individuelles ! Merci à elle, car le tout écrit en russe !!!!

A ce contrôle c'est ... comme d'habitude ! Le douanier vérifie les papiers, monte dans le camping car, vérifie qu'il n'y a personne dans les toilettes  puis fait ouvrir la grande soute.

 

Long moment d'attente pour le 3ème contrôle ; passeports, papiers d'immigration, photocopies du permis, assurance etc. etc.

Un douanier prend tous ces documents, part avec puis revient et .... monte dans le camping car, vérifie qu'il n'y a personne dans les toilettes  puis fait ouvrir la grande soute.

 

Puis il revient avec nos documents et ... nous avançons.

Dernier contrôle rapide : il nous faut rendre notre "bon d'entrée" !!!

Il est 10h45, nous sommes en Bielorussie !  

Dernières formalités

Nous devons passer au bureau de change.

En effet nous ne pouvons obtenir des roubles biélorusses qu'en Bielorussie !

A la sortie du bureau de change nous sommes millionnaires pour la première fois de notre vie !

Pour 200 euros nous avons 4 430 000 roubles ! (Un mois plus tard la monnaie sera dévaluée de 10000 !)

Enfin, toujours accompagnés par Alexandra nous nous rendons au bureau où sont loués les boîtiers électroniques pour le péage des autoroutes. La bureaucratie fonctionne à plein ! Pas moins de 9 signatures pour obtenir le boîtier ! Alexandra est obligée de les payer un par un ! 

12h 15, heure locale, tout est terminé, il est temps de prendre un premier repas en Bielorussie.

Brest

Anciennement Brest Litovsk, c'est dans cette ville que fut signée la paix entre l'empire allemand et la Russie soviétique en 1918.

De 1918 à 1941 la ville fut successivement allemande, polonaise, russe, polonaise, allemande, russe, allemande ! En 1945 elle revint dans la république socialiste biélorusse. Les Polonais de Brest furent chassés en Pologne et les Biélorusses de Pologne furent chassés ... à Brest !!! 

C'est aujourd'hui une grande ville idéalement située sur l'axe Berlin - Moscou ! 

Nous n'y avons pas trouvé de charme particulier.

La forteresse de Brest

De loin, on aperçoit un énorme bloc de béton avec une étoile, posé sur des murs de briques.

En passant sous cet étrange porche la voix du speaker de la radio soviétique retentit. Nous sommes le 22 juin 1941, il est 5 heures du matin et le speaker annonce le début de l'invasion allemande et l'attaque de la forteresse de Brest.

Une immense allée nous conduit à une immense place d'où l'on aperçoit un immense monument et une immense oblique (100 mètres de haut) ! Il va falloir nous habituer au décorum soviétique ! 

Nous entendons des bruits de pas martelés : ce sont des adolescents qui s'entraînent à défiler militairement. Plus loin une dame enfile un costume militaire et se fait photographier près d'un char d'assaut ! 

Une énorme sculpture en béton : "la soif" représentant un soldat tentant de récupérer de l'eau dans la rivière proche pour étancher sa soif.

La résistance fut héroïque et dura 10 jours ! Plus que les 12 heures prévues par le commandement allemand !

Le mémorial surnommé le monument le plus moche est composé d'une immense sculpture représentant un soldat au combat, de stèles portant les noms des soldats tués, ainsi que les noms des grands champs de bataille russes de la seconde guerre mondiale ! Tout est parfaitement décoré  de gerbes et couronnes de fleurs  artificielles !!!

Le musée du train.

Il est tout proche de la forteresse. Brest est une gare importante mais, les écartements des voies étant différents en Russie, il faut procéder au transbordement des marchandises.

Une belle collection, principalement de locomotives est présentée dans ce musée. Elles sont toutes repeintes de couleurs vives. Et nous découvrons que beaucoup de ces locomotives portent le nom de personnages illustres de l'Union soviétique et arborent leurs portraits à l'avant de la chaudière. C'est notre première rencontre avec Lénine !!!

Kamenets ou Kamieniets

Beau temps encore ce matin ; nous quittons Brest et roulons vers Kamenets. Nous découvrons la campagne biélorusse, et les très nombreuses cigognes qui déambulent tranquillement dans les champs et au bord des routes.

Nous garons les campings cars et partons vers la "tour blanche".

Devant l'Hôtel de ville nous découvrons une grande statue de Lénine et tout, autour de grandes photos représentant des portraits d'hommes et de femmes.

Alexandra nous explique que ce sont les travailleurs méritants de la ville qui ont leurs portraits exposés pendant un an : ouvriers mais aussi professions libérales, fonctionnaires etc... Une pratique du soviétisme toujours en vigueur en Bielorussie ! 

La "Tour Blanche" est ... rouge ! Rouge comme les briques ! Dans le parc avoisinant, de grandes cultures en bois représentant  des personnages. 

Au retour nous faisons un premier ravitaillement dans une minuscule épicerie dans laquelle l'employée découpe le fromage ou la charcuterie, approvisionne les rayons, surveille les clients et...tient la caisse  !

 

La forêt de Bialowieza

Nous reprenons la route et faisons le premier ravitaillement en gaz oil ! 

Pour 70 litres, je paie la somme énorme de 861000 roubles biélorusses soit 39,36 euros ! 0,56€ le litre !

 

La forêt est à cheval sur la Pologne et la Bielorussie. Les limites de l'espace Schengen passent dans la forêt.

C'est la dernière forêt primaire d'Europe et une partie est classèe par l'Unesco.

Hélas les lourdeurs administratives biélorusses font que la visite du parc est pratiquement impossible. Il faudra se contenter de la visite du zoo, avec des bisons (20% de la population mondiale dans cette forêt), et autres grands animaux sauvages ou de la balade en petit train,qui ne nous laissera pas un souvenir inoubliable, hormis l'orage mémorable.

Au centre de la forêt se trouve la Maison du père Noël !!! 

 

La maison du Père Noël

Il faut bien attirer les touristes !!!

Guide en costume de baba Yaga, Père Noël sortant de sa maison, légendes diverses, mais surtout quelques belles sculptures en bois présentant des personnages des contes qui ont traversé tous les pays.

C'est amusant mais on peut s'en passer. 

Le monastère de Zhirowitchi

Grand beau temps ce matin, déjà 19 degrés à 9 heures.

Nous quittons la forêt et prenons la route pour Zhirowitchi. Alexandra nous avait prévenus qu'il y aurait un passage délicat !

Effectivement, soudain la route asphaltée fait place à une piste de terre battue façon tôle ondulée. On slalome entre le trous et les bosses à 2 kilomètres heure.

Heureusement cela ne sera que sur quelques kilomètres. Mais qu'en pensent les biélorusses obligés d'y passer chaque jour ? 

 

Finalement nous arrivons dans cette petite ville.

C'est dimanche et il y a beaucoup de monde.

Les parkings sont pleins mais nous stationnons nos 8 campings cars en bordure d'un petit étang.

Et pour le repas il y a une possibilité ....pas vraiment typiquement biélorusse !

Heureusement qu'il y a les images pour traduire !

La visite du monastère.

Nous ne sommes pas encore habitués aux visites des établissements religieux orthodoxes.

La règle pour les dames est qu'elles doivent porter un foulard et ... une jupe ou une robe ! Mais si presque toutes ont des foulards, il n'en est pas de même pour les jupes ou les robes

Heureusement, tout est prévu à l'entrée. Dans de grands paniers il y a de larges tissus faisant office de jupes.

Alors ce fut un éclat de rire général quand nous les vimes arriver dans cet accoutrement,  nous rappelant indiscutablement les "Vamps" !

Il faut reconnaître que ce jour là notre attention fut assez dissipée malgré les efforts du jeune guide.

14 Juillet 2019

Nombre de visiteurs

 

Un petit mot sur notre livre d'or fait toujours plaisir. Cliquez sur le livre ci-dessous.

Merci

Un scan et vous avez la version mobile de ce site  !