Balade dans le quart Nord Est

 

C'est une balade que nous avons faite en octobre 2007.

Nous avions notre nouveau camping car depuis 2 mois et avions hâte de faire une "vraie" sortie.

L'idée de visiter l'usine de jouets PetitCollin a été le déclencheur.

Pour le reste du trajet, l'inspiration du moment nous a guidés.

Nous avons donc quitté notre petit village gardois et avons mis le cap au Nord, par la RN 86, un morceau d'autoroute pour Lyon, puis retour sur la nationale. A Mâcon nous avons pris la direction de Louhans, première étape de notre voyage. Et également la dernière.

Louhans

En 2007, l'aire située sur le bords de la Seille permettait à 4 ou 5 camping cars de stationner. Depuis, la ville de Louhans a réalisé une superbe installation bordée d'une collection d'arbres fruitiers. Nous avons plaisir à nous y arrêter lors de nos trajets vers... le Nooord ! 

Après avoir traversé le pont, on découvre le joli centre ville et la rue centrale bordée d'arcades abritant les vitrines des nombreux commerces. Louhans est surnommée "la ville aux 157 arcades" !

A ne pas rater, le marché du lundi matin ; un vrai marché aux volailles : poules de races diverses, canards, dindes et dindons, etc 

Nous reprenons la route avec un beau soleil. Les vignobles bourguignons prennent leurs couleurs d'automne. Après le contournement de Dijon, nous passons par Langres, puis Neufchâteau et arrivons à Etain en fin d'après-midi.

L'autorisation de stationner  sur le parking de l'usine nous a été donnée.

L'usine PetitCollin à Etain.

Etain est une petite ville à quelques kilomètres de Verdun.

PetitCollin est à la fois la plus ancienne et la dernière fabrique de poupées encore en activité en France.

C'est une longue histoire qui débuta dans les années 1860. Les premières poupées furent fabriquées en 1912, mais à la fin de la première guerre mondiale, l'usine était complètement détruite.

Les premiers baigneurs furent créés dans les années 1920. On les a appelés baigneurs car le celluloïd, employé pour leur  fabrication,, permettait de ... les baigner !!!

Détruite à nouveau en 1944, l'usine fut reconstruite.

De près de 1000 personnes dans les années 60, l'effectif est passé aujourd'hui à une dizaine.

La visite commentée est passionnante. 

Ces poupées assemblées, habillées, maquillées, coiffées à la main sont pour beaucoup expédiées à l'étranger et notamment ...en Chine !

Le site de l'usine : http://www.petitcollin.com/index.php

Verdun

Nous nous rendons à l'ossuaire de Douaumont et visitons le Mémorial de Verdun.

Beaucoup de matériel militaire, d'uniformes, de cartes, de photos.

Mais ce qui nous a le plus émus ce sont les objets réalisés dans les tranchées par les soldats. Gravures naïves ou guerrières sur des culasses d'obus ou des quarts de boisson et beaucoup de lettres.

Et dans une vitrine, surprise ! Des jouets et un courrier en forme de bande dessinée par un poilu et destinés à sa petite fille.




Nous nous arrêtons à la tranchée de baïonnettes puis décidons de poursuivre notre route.

Nous nous poserons sur une aire de service réalisée par le Centre social d'Argonne aux Islettes.

La nuit est calme.

Avant de repartir, nous n'oublions pas de mettre notre enveloppe avec un petit billet dans la boîte prévue à cet effet.

Dommage que certains camping caristes l'oublient. Peut être ne savent-ils pas lire !


Nous prenons la direction de Reims.

Valmy

Nous traversons Sainte-Menehould, commune devenue célèbre suite à l'arrestation de Louis XVI et sa famille.

Et quelques kilomètres plus loin arrivons à Valmy.

On ne peut rater le moulin et le site historique au sommet de la colline.


La route est monotone jusqu'à Reims. L'aire réservée aux camping cars est proche du centre ville, mais l'environnement n'est vraiment pas terrible. Alors nous poursuivons vers Epernay où arrivons dans l'après-midi.

Epernay

La ville est calme en ce samedi après-midi. Nous ne pouvons manquer la célèbre tour des champagnes Castellane et comme les places sont nombreuses sur le parking, nous optons pour la visite. Celle-ci est intéressante, commentaires détaillés, hélas pour nous, en ce samedi après-midi, aucune activité.

Déçus par la dégustation. 

Balade dans la vallée de la Marne puis nous nous posons sur l'aire d'Avize, au centre du village.

Le lendemain matin, nous revenons à Epernay et nous garons sur le parking des champagnes Mercier.

Autre ambiance ! Ici, la communication est à l'honneur. Un ascenseur nous emmène dans les caves ; la visite se fait dans un  petit train guidé par un faisceau laser . Modernité certes, une mise en scène spectaculaire,  mais les explications sont nettement moins complètes que lors de notre visite de la veille. Et la dégustation là encore nous déçoit. Le champagne servi est "mou", un peu "lourd".

Les Faux de Verzy.

Nous reprenons la route des vignobles et nous arrêtons à Trépail. Dans ce village, une plaque nous attire : "Champagne Petiau". Est-ce de la famille ? Nous sonnons. Ici, nous apprendrons tout sur le champagne, dégusterons du 1er cru et ..; depuis nous sommes des clients réguliers. Nous ne partons jamais en voyage sans notre petite bouteille de champagne Petiau ! 

 

Nous arrivons à Verzy. Belle balade dans la célèbre forêt des faux. Les "faux", ce sont des hêtres tortillards. Aucune explication scientifique concernant leurs formes curieuses n'est connue. Leur longévité est impressionnante : plus de 350 ans, certains atteignent 500 ans. 

Evidemment, les formes étranges, parfois inquiétantes, ont donné lieu à de nombreuses légendes.

Château Chinon : le musée du Septennat

Nous nous dirigeons vers Château Chinon en passant par Les Ruceys, puis le Lac d'Orient. L'aire de Château Chinon est vaste. Nous ne pouvons manquer de nous rendre au fameux hôtel du Vieux Morvan,,. puis rejoignons la musée du Septennat. Il abrite les cadeaux officiels ou personnels reçus par le Président Mitterand dans le cadre de ses fonctions. Il en a fait don au département de la Nièvre.

La collection rassemble des  cadeaux souvent luxueux, produits d'artisanat d'art de haut niveau, issus des manufactures prestigieuses.

C'est assez hétéroclite mais impressionnant. 

Dole

Nous ne ferons qu'un court arrêt dans cette ville. Le temps de faire quelques achats (dont d'excellentes quenelles de volaille) aux superbes halles et un petit tour dans les rues à la recherche de la maison de Pasteur.

Nous nous promettons de revenir plus longuement.

Arc et Senans - La saline royale

La seine royale, classée au Patrimoine mondial par l'Unesco, présente de vastes bâtiments organisés en arc de cercle. 

Nous sommes surpris par ce style s'inspirant visiblement des temples antiques. 

Une exposition présente le travail de Nicolas Ledoux, l'architecte visionnaire. C'était un précurseur des phalanstères, familistères et autres bâtiments industriels.

A l'extérieur nous découvrons des jardins réalisés par les élèves, étudiants,jardiniers, formateurs des écoles d'horticulture de la région. Hélas certains commencent à être démontés. 

Nous sommes revenus  plusieurs fois à la saline pour admirer ce Festival des jardins.

Autre visite du Festival des jardins

Sochaux - le musée de l'Aventure Peugeot.

Aujourd'hui, Peugeot c'est d'abord et avant tout des automobiles !

Et bien sûr la célèbre 403 de l'inspecteur Colombo, qui d'ailleurs est évoquée dans le musée.

Et puis, peut être les moulins à Poivre et à sel.

Et pourtant ! Peugeot voici quelques années c'était également des vélos, mais aussi des outils et puis si l'on remonte dans le temps...Peugeot c'était beaucoup, beaucoup d'objets, de véhicules. 

La visite est un excellent moment pour remonter le temps et découvrir les inventions des hommes , les réalisations,..

Les Rousses

 

 

Nous ne ferons que passer une nuit sur le parking rpour les camping cars. Il fait si froid le matin que nous préférons partir et découvrir le Col de la Faucille.

Puis nous redescendons à travers les forêts ; couleurs flamboyantes.

Et puis, nous arrivons à l'entrée d'un petit village, Laloux.  

Là, un grand bâtiment abrite une layetterie  que nous nous empressons de visiter.

La layetterie Benoit-Gonin 

Dans une layetterie, on fabrique des...layettes ! Ce sont des meubles avec de petits tiroirs dans lesquels les horlogers notamment rangeaient leur petits pièces, leurs outils etc. Plus grands les tiroirs servaient au classement d'archives.

Et puis on y rangeait également des petits habits pour les bébés et peu à peu le mot layette a servi à désigner ces habits, contenus dans les tiroirs de la layette.

Les épicéas servant à la fabrication sont choisis avec soin, abattus, débités en planches avec un séchage 3 ans avant d'être travaillés.

Mais plutôt qu'un long discours regardez le site de cette petite entreprise qui après quelques ennuis a réussi à renaître.

http://www.benoitgonin.eu

Et si vous passez dans la région, la visite vaut le coup !

Quand nous l'avions visitée, le responsable nous indiquait qu'une grande partie de la production partait... en Asie !!!

Pays qui eux nous inondent de boîtes en bois faites n'importe comment et surtout ... en contreplaqué de mauvaise qualité !

Moirans en Montagne - le musée du jouet.

Passionné par les jouets en bois, la visite de ce musée s'imposait. Et nous n'avons pas été déçus. Belle architecture contemporaine qui abrite une très belle collection de jouets d'autrefois. Ces jouets en bois fabriqués dans le Jura notamment, les jouet mécaniques. Ici pas de plastique, pas de musiques ou de lumières  agressives ; des jouets pour jouer tout simplement.

Et bien sûr, nostalgie lorsque dans une vitrine on retrouve un des jouets de notre enfance.

9 juillet 2018

Nombre de visiteurs

 

Un petit mot sur notre livre d'or fait toujours plaisir. Cliquez sur le livre ci-dessous.

Merci